ATTAC Lubnan Liban Lebanon أتاك لبنان ـ الجمعية اللبنانية لأجل عولمة بديلة

Armes non conventionnelles utilisées par Israël au Liban

jeudi 17 août 2006, par Webmoudir

Le gouvernement Libanais souhaite la mise en place d’un tribunal international pour juger les responsables israéliens. Ce tribunal aura pour fonction de faire la lumière et sanctionner les crimes commis par Israël au Liban à l’instar des tribunaux spéciaux pour l’ex-Yougoslavie ou le Rwanda.

Basm (bombes à sous munitions, de petites bombes qui se dispersent, elles sont contraires au droit humanitaire international puisqu’elle ne font pas la différence entre civils et militaires), bombes à fragmentation (cluster bombs), bombes au phosphore, bombes à charge spéciale (dont certaines pourraient être des bombes à implosion ou des bombes à vide)…

Les rumeurs sur le recours par Israël à des armes prohibées internationalement sont légion au Liban.

Ce qui semble être le plus probable – jusqu’à présent – c’est l’utilisation de phosphore blanc. A priori, il sert à illuminer les positions ennemies dans l’obscurité. En réalité, il est utilisé comme une arme chimique. En effet, un « nuage » se forme quand le phosphore explose, et les dommages se font sentir à plus de 150 mètres à la ronde ! Les blessures qu’il inflige sont (selon des témoignages) « bizarres » alors que les vêtements des blessés restent quasiment intacts. Des médecins parlent de « cadavres inhabituels » : Ni hémorragie, ni hématomes. Cheveux, barbe ou moustaches souvent intacts. La couleur de la peau est noire alors qu’elle n’est ni calcinée ni brûlée. L’Ordre des médecins a décidé de vérifier ces hypothèses : des analyses d’échantillons de tissus humains prélevés sur les corps des victimes sont actuellement en cours. Certains résultats de ces analyses montrent déjà des taux de phosphore 16 fois supérieurs à la normale !!

De plus, des obus chargés d’uranium ont été utilisés notamment dans le bombardement de la banlieue sud de Beyrouth.

Israël aurait aussi eu recours aux bombes anti-mines à explosion différée. La charge de ces bombes peut aussi contenir des armes chimiques et des armes au phosphore blanc.

En effet, les forces israéliennes ont laissé dans leur sillage des centaines de bombes et d’obus (qui n’ont toujours pas explosé) dans les villages du Sud notamment. Malheureusement, les appels à la prudence des autorités libanaises et des différentes associations de la société civile n’ont pas pu dissuader les déplacés qui avait fuit le Sud de rentrer dès les premières heures après l’annonce de la « cessation des hostilités ». D’autres bombes de ce genre se trouveraient cachées dans des jouets !!

Décidément, n’est pas terroriste qui le veut. Israël, par son « ingéniosité » à faire tomber de plus en plus de civils (même après son retrait) n’a de cesse de le demontrer.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0