ATTAC Lubnan Liban Lebanon أتاك لبنان ـ الجمعية اللبنانية لأجل عولمة بديلة
Accueil du site > rubriques فئات > campagnes حملات > الدين Debt > Liban : le CADTM s’oppose aux fausses solutions de la conférence de (...)

Liban : le CADTM s’oppose aux fausses solutions de la conférence de Paris

samedi 27 janvier 2007, par Webmoudir

Toutes les versions de cet article : [عربي] [English] [français]

Ce jeudi 25 janvier a eu lieu à Paris en grande pompe une troisième conférence des pays riches afin de trouver des fonds pour le Liban. C’est à coup de centaines de millions de dollars que la France ou les Etats-Unis d’Amérique prétendent aider ce pays déjà étranglé par sa dette et victime d’une agression militaire de la part d’Israël à l’été 2006.

Dès août 2006, le CADTM écrivait : « Désormais, pour se reconstruire, le Liban va encore faire appel aux capitaux étrangers. Cela implique une nouvelle augmentation de la dette et de nouvelles mesures économiques d’ajustement structurel qui la conditionnent. De ce fait, le peuple libanais va devoir payer très cher, dans les années à venir, pour les conséquences de cette guerre infligée par Israël en violation des traités internationaux régissant les relations entre Etats 1. » Chacun de ces mots reste plus que jamais d’actualité.

Une part importante des 7,6 milliards de dollars promis lors de la Conférence de Paris correspond à des prêts qui devront par conséquent être entièrement remboursés. Ils viendront gonfler une dette colossale, qui atteint déjà 41 milliards de dollars et représente 180% du PIB !

Cette dette permet aux créanciers d’assurer leur mainmise sur l’économie libanaise, voilà pourquoi le Premier ministre libanais Fouad Siniora a proposé un plan de réformes qui sert leurs intérêts. Le CADTM dénonce ce programme de réformes ultra-libéral qui frappe durement les plus démunis mais profite à une minorité de la population et aux grandes entreprises des pays riches : augmentation de la TVA, privatisations de plusieurs entreprises dont la téléphonie mobile en 2007 et Liban Telecom en 2008, réduction du nombre de fonctionnaires...

Cette aide très intéressée des pays riches vient donc renforcer le gouvernement Siniora qui sert leurs intérêts politiques. Loin d’apparaître comme une solution pour le peuple libanais, la conférence de Paris ne cherche en rien à lutter contre la pauvreté ou à briser le puissant mécanisme de domination que représente la dette.

Une fois de plus, le CADTM affirme que la seule solution possible pour le Liban réside en l’annulation immédiate de la dette, l’abandon des politiques d’ajustement structurel et la création d’un fonds destiné à la reconstruction, qui serait alimenté par des réparations versées par Israël. Une contribution des Etats-Unis, qui soutiennent et financent l’Etat israélien, doit s’y ajouter. C’est à ce moment seulement qu’il sera possible de dire que justice a été rendue au peuple libanais.

Source : Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0